Saint-Guibert (place)

C’est à la guerre de 1870 que cette place prit son nom actuel parce qu’il s’y trouvait une pompe à eau ornée d’une statuette de Saint-Guibert, fondateur de la première abbaye. Voir document ci-dessous.
Elle était située en-dehors des fortifications, au delà de la porte d’En-Haut aussi appelée porte Al Croix.

sgui13

1904- source delcampe.be

sgui1

En 1898, une procession sur la place. Sur la droite, l’hôtel de l’Emprereur et la rue Sigebert. Sur la gauche, la potale de l’Ange Gardien, devant le mur d’enceinte de la ferme abbatiale.

C’est en 1910 qu’on dressa sur la place un monument en bronze, oeuvre du sculpteur Jean Heraing et de l’architecte Théo Florence à l’effigie de Sigebert, grâce à un don du bourgmestre Gustave Docq. La statue a une hauteur de 505 cm, piédestal compris et fut produite à Bruxelles.

sgui2

non daté – source delcampe.be

 

sgui3

non daté – marché aux bestiaux delcampe.be

sgui4
en 1945 – on voit en bas à droite l’abri aménagé pour se préserver des bombardements.
photo collection personnelle – merci à Robert Nicolas

A gauche le bâtiment que l’on voit derrière les joueurs
de balle pelote sur la photo suivante

sgui5

Dans l’après-guerre, la Place avait aussi son équipe de balle-pelote
document: courtoisie Robert Graziano


sgui6

.© IRPA KIK Bruxelles Cliché M120367 – 1965

sgui7

 © IRPA – KIK – Bruxelles – cliché M120368 – 1965

La place vue de la rue Sigebert. La rue Sigebert s’appelait avant rue du Bordia. C’est aussi en 1910, lors de l’érection de la statue de Sigebert, qu’elle changea de nom. Rappelons que Sigebert fut le biographe de Guibert, fondateur de l’abbaye et canonisé en Saint-Guibert par la suite. Sigebert fut un des plus grands chroniqueurs médiévaux (v. 1030 – 1112).

On distingue à gauche les murs de l’école des filles. A cet endroit se trouvait avant l’Hôtel de l’Empereur. A droite du cliché, on distingue sous le gros arbre, la potale de l’Ange Gardien » et l’entrée de l’Institut Agricole qui deviendra la FAC. A droite de la Chapelle, à l’époque, se trouvait le « Banc des Menteurs » aujourd’hui disparu. 
sgui9

La place hier et ici actuellement (photos de 2004) . A gauche, la statue de Sigebert, avec en arrière plan la coiffure Jadoul et à droite le Collège Notre-Dame, que nous appelions, « l’école des Soeurs », et l’entrée de la rue Docq (Gustave Docq, bourgmestre de Gembloux de 1872 à 1903). Photo de droite, les bâtiments à l’entrée de la Grand-Rue, en travaux

sgui10

Hôtel de l’Empereur – non daté – source delcampe.be

sgui11

non daté – source delcampe.be

sgui12

A droite de l’image, on voit le début du « Café Royal » qui était aussi restaurant et qui possédait son billard comme le disait l’enseigne. Il était situé au coin de la place et de la Grand Rue. La maison juste à sa gauche, où l’on voit des personnages a été aussi un commerce et s’appelait « Au Pigeon Voyageur ». 

sgui14
collection personnelle Robert NICOLAS

sgui15année 1913 – document source www.delcampe.be

sgui16

on voit à gauche la naissance des rues Astrid et Chapelle-Dieu

sgui17

sgui18

entretien et hommage au monument – avril 1934 – source delcampe.be

Ce diaporama nécessite JavaScript.

sgui23

Un enterrement en 1915, venant de l’église, arrive sur la place St-Guibert en route pour le cimetière. Sur le coin gauche, le Royal Billard, sur le coin droit le café et dentiste Delmez et le passage des déportés. Philippe Depireux nous précise qu’ il s’agit de l’enterrement du soldat Léopold Masson , gembloutois tué lors du conflit 14/18 et dont les funérailles furent organisées en grande pompe, aprés que son corps fut rapatrié dans notre ville.

sgui26
entre 1955 et 1960
collection Robert Nicolas

sgui27
éditions Smets – St-Servais – 1970-75

La place est encore pavée. Le mur d’enceinte gauche du pensionnat Notre-Dame a été remplacé par un édicule religieux avec statue de la vierge (Notre-Dame de Beauraing) inauguré le 03 juillet 1955. En face de l’ambulance, on voit la libraire Ducoffre (Monsieur Ducoffre était l’ambulancier) et à côté le coiffeur Nicolas. Alexandre NICOLAS et son épouse Jenny FAUVILLE étaient coiffeur et coiffeuse dans ce bâtiment acheté le 12-08-1954 à Emile Bassinne. Ils l’ont revendu à Mr. Jadoul le 04-04-1979

sgui28

fin des années 50 – début des années 60.
photo François Depireux

A droite le passage des Déportés et l’entrée de l’Institut Agronomique. Les bâtiments en haut de la Grand Rue existent toujours. (démolis en 1965) Sur le coin à gauche, le Café Royal  et à droite, le coiffeur NICOLAS Désiré, père de NICOLAS Alexandre dont on parle plus haut.

sgui29
voici le salon de coiffure de Désiré NICOLAS, en haut de la Grand-Rue,
au coin du passage des Déportés. Son commerce a commencé avant 1917.
Son épouse, Eva MOUCHETTE tenait le café et le tabac.

 1964 – photo personnelle de Robert NICOLAS, petit-fils de Désiré

sgui30
le même endroit vers 1972
photo personnelle Robert Nicolas

 

sgui31
1966 – l’ambulance de Mr. Ducoffre
photo personnelle – courtoisie Robert NICOLAS

 

sgui32

sgui33

1971 –  deux photos personnelles Robert Nicolas

2.PNG

fin des années 1970 – collection personnelle

 

sgui34

les 6 heures brouette des étudiants de l’Agronomie, vers 1984.

sgui35années 60 – Editeur Combier – Mâcon

sgui36
sous la neige, dans les années 80′ – courtoisie © Philippe Depireux

La statue de Sigebertsgui37

 On voit ici, derrière la statue, les locaux de l’imprimerie Tournevenne et à droite,
la fameuse pompe à eau surmontée de la statuette de Saint-Guibert.
sgui38

sgui39

© IRPA – KIK Bruxelles – cliché A112977 – 1920 – (photographe Laflotte)
A gauche de la statue on voit le porche de côté de l’Hôtel de l’Empereur
et à droite, l’entrée de la rue Chapelle-Dieu 

sgui40

© KIK-IRPA, Brussels (Belgium), cliché M120205 – 1930

sigebert_velo_etudiant
La statue agrémentée d’un vélo – blague estudiantine pendant les baptêmes
Années 70’s – Document Jean-Marie Pierre

sgui42
sgui43
Il faut aller à l’arrière du socle de la statue pour voir la dédicace à Gustave Docq.

sgui44

On remarquera sur les photos, que sur les 2 côtés de la statue du moine Sigebert, se trouvaient des écussons représentant les 3 Clefs de la ville.
A partir des documents vers les années 1950′, ces écussons ont disparu de la statue et on peut voir les trous où étaient fixées les tiges de maintien.

 


GALERIE…. pour voir en grand…

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s