Notre-Dame de Moha (†)


Lovée entre l’avenue Général Aymes et la rue Flandre-Dunkerque, elle repose à l’entrée du territoire de Grand-Manil, en venant de l’avenue Moine Olbert dont elle marque aussi la fin. Aussi citée comme Notre-Dame du Rosaire. Cette chapelle a été érigée en hommage à Notre-Dame de Moha (près de Huy). Son origine remonte à une époque très éloignée puisque d’ancien documents en font déjà état en l’an 1543.

Comme on le voit ci-dessus, à gauche, sur un extrait du plan du Comte de Ferraris – 1777, la chapelle n’était pas seule à cet endroit; lui faisant face, 7 autres petites chapelles, 3 sur la gauche, 3 sur la droite et une en face. Cet ensemble constituait vraisemblablement ce que l’on peut assimiler à un chemin de croix. A droite, l’emplacement approximatif de ces petites chapelles si elles existaient encore de nos jours.  C’est à cet endroit que les célèbres frères Meunier ont commis un assassinat en 1765. Ils ont été pendus en effigie (Bauvin R – Gembloux et son échevinage, p. 152)

Elle fut détruite à plusieurs reprises. Comme en atteste une inscription, elle fut restaurée en 1821. Mais aussi reconstruite en 1875. Des documents de 1729 et 1789 signalent que la chapelle portait le nom de « chapelle Maître Fery ». L’origine de la chapelle se trouve au village de Moha près de Huy. L‘église de cette paroisse possède une statue de la Sainte Vierge invoquée sous le vocable de Notre-Dame du Saint Rosaire. La sainte était invoquée pour ressusciter les enfants morts-nés. Notre chapelle abrite une réplique de la statue miraculeuse de Notre-Dame de Moha

1967 – © KIK-IRPA, Brussels (Belgium), cliché M010032]

Le choeur à trois pans remonte probablement au 17è siècle. A droite, Saint Isidore de Madrid « le laboureur ». Autres photos sur le site de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique. Elle a été réparée en 1986 et restaurée en 2010 grâce à un mécène local, Jean Reuliaux.

La façade présente une porte à encadrement de pierre rectiligne
et une plaque.
L’intérieur et le choeur de nos jours.
Photo prise le 23-09-2018, lors du Tour Saint-Guibert par le bourgmestre, Monsieur Benoît Dispa.

Avant la chapelle, une plaque commémorative pour le Général Aymes, commandant du 4e corps d’armée française, en mai 1940, pendant la bataille de Gembloux.

Devant la chapelle, deux majestueux « gingko biloba » ou Arbre au Mille Ecus.


Sources:

Institut Royal du Patrimoine Artistique
Tours Saint-Guibert – Gembloux autrement
« Histoire de Grand-Manil » de François Depireux – extrait
bulletin N°10 – 1979 – Cercle Art et Histoire de Gembloux.
– Delcampe.be
– Plan de Ferraris – 1777
– Google Earth Pro
– Gembloux et son échevinage par Remy Bauvin
– Photos: Jules Horgnies, Marc Delforge, Benoît Dispa.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s