Godfrine (boulangerie)

La boulangerie de Fernand Godfrine se trouvait au 59 rue du Moulin, juste après un garage, après le cinéma Royal, à moins de 100 mètres de chez moi, à peu près en face de la villa De Maerschkalk.

Le dimanche matin (mais pas seulement), on allait chez Fernand acheter les traditionnels pistolets (j’en ai plus jamais mangé de pareils) et pour l’après repas, le dimanche, on m’envoyait acheter des « éclairs », des « petits canards » à la crème fraîche et aux ananas. J’entends encore la voix chantante de Fernand, avec toujours son petit foulard au cou. Souvent, c’était sa fille Christiane qui servait dans la boulangerie. Fernand produisait aussi d’excellentes glaces artisanales. Christiane m’a fourni certains des documents exceptionnels qui suivent en participant à la création de cet article. Merci à elle.

god1

source Delcampe.be – carte postale vers 1920

On voit sur la gauche de la photo, le magasin de la grand-mère de Christiane et ses deux oncles sur le pas de la porte.

god2

document: courtoisie Christiane Godfrine

La maman de Christiane Godfrine vers 1936
(la femme du boulanger…)

 

god3

document: courtoisie Christiane Godfrine

Christiane Godfrine devant le magasin pour la visite de Saint-Nicolas.
Sur le pas de porte, Fernand et son épouse, vers 1952

god6

document: courtoisie Christiane Godfrine

1949 –  l’intérieur du magasin – boulangerie, pâtisserie
au fond la vitrine qui donne à rue (du Moulin)

god7

l’ancienne boulangerie de nos jours

 

god4

document: courtoisie Christiane Godfrine

Christiane Godfrine-Dufour: « cette photo a été prise chez Felix Suetens où mon papa était apprenti. Il a ensuite ouvert sa propre boulangerie-pâtisserie au 59 rue du Moulin. En 1969, suite à un infarctus, il a arrêté son commerce ».

L’atelier en 1936

god5

document: courtoisie Christiane Godfrine

Diviseur – Pétrin – Batteuse – Broyeuse

 

god8

document: courtoisie Christiane Godfrine

 Four à 3 étages – Chauffage au charbon et puis au mazout.


GALERIE

 

 

3 réflexions sur “Godfrine (boulangerie)

  1. le dimanche matin les pistolets étaient sur le pas de la porte (23 rue du Coquelet), apportés par les soins du boulanger, merci M. Godfrine.

    J'aime

  2. Quand j’étais gosse et que j’allais avec ma grand-mère chez Matelart (à la gare chée de Charleroi), en revenant elle s’arrêtait là pour m’acheter un éclair au chocolat.

    J'aime

  3. Avant même d’avoir vu les noms, j’ai reconnu mon oncle, Édouard dit Joseph Vincent, frere ainé de ma mère, sur la photo du personnel de la boulangerie Suetens. Il a par la suite ouvert une pâtisserie â la Gare, en face de l’hôtel des Voyageurs. J’ignore les dates…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s